Finale Supercoupe d’Espagne Diego Simeone lance les hostilités
UCL

Simeone : « Je n’ai aucun engagement envers qui que ce soit, je veux que l’équipe et le club gagnent »


L’Atlético Madrid va recevoir le FC Porto dans le cadre de la première journée de la Ligue des Champions au Wanda Metropolitano. Une rencontre sur laquelle s’est prononcé le technicien argentin Diego Simeone en conférence de presse d’avant match.


Il faut plus de temps que l’année dernière pour composer le programme : “Je n’ai pas changé ma forme, j’ai toujours pris le temps de réfléchir, je finis par décider de ce pour quoi nous nous entraînons pendant la semaine à l’approche du match et je ne change pas. Le matin, le jour du match, je termine mes réflexions, avec l’équipe que nous avons, je gère toujours la même chose”.

Porto : “Conceicao est un ami, un entraîneur qui travaille bien depuis des années. Nous avons joué ensemble à la Lazio. Il a donné à l’équipe un jeu et une personnalité au fil des ans et je ne m’attends à rien de différent de ce que j’ai vu au Portugal ou en Europe, de l’intensité, beaucoup d’agressivité, de la pression dans la moitié de terrain adverse, de la vitesse dans le jeu, avec des positions claires sur la façon de trouver la supériorité numérique pour faire des dégâts… C’est ce que j’ai vu à Porto”.

L’équipe de cette année, à première vue, est-elle suffisante pour passer plusieurs tours ? : “Je suis répétitif mais je ne pense pas à demain. Le chemin se fait en marchant, demain commence, nous connaissons la compétition et les difficultés qu’il y aura. Il y a un équilibre dans la zone où nous allons être en compétition, pensons à demain”.


Inquiet de la place de Griezmann dans l’équipe ? : “Au-delà des mismatches, peu de vitesse, peu d’intensité et de pression dans toute l’équipe, c’est pour cela que la première mi-temps n’a pas été ce que l’on cherchait, que Griezmann est le joueur qu’il a toujours été, avec du talent, de la hiérarchie, du but”. Nous devrons travailler sur lui, comme tous nos coéquipiers, et faire en sorte qu’il soit prêt pour 30, 60 ou 90 minutes”.

Arriver en tant que champion de La Liga lui fait changer quelque chose : “Je me concentre plus que tout sur la compétition, qui est très dure, forte, où chaque erreur se paie. Nous devons ajuster tout ce que nous pouvons dans chaque match, en nous concentrant sur le prochain match, et le reste viendra”.


Conceicao, il s’imaginait être des coachs : “J’en étais sûr, mais je n’en attendais pas autant de Sergio. C’est une tête dure, un football vertical, dynamique, son énergie et j’aime tout ce qu’il transmet, l’énergie, la sécurité et ce qu’il fait très bien dans son équipe”.

Ils marquent des points à la fin, cet Atlético a une fleur à l’œil : “Non, les matchs durent jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre, tout peut arriver en 4′ ou 99′”.

Dans quelle mesure pensez-vous être jugé :  “J’ai été jugé dès le premier jour de mon arrivée, comment ne pas être jugé maintenant. Les critiques et les opinions doivent être là, je n’ai aucun engagement envers qui que ce soit, je veux que l’équipe et le club gagnent, je ferai ce que je pense être le mieux pour que ça se passe bien”.




Lire aussi

C1 : cette rencontre que Zidane ne va jamais oublier

Jean Eudes Danon

C1 : la Juventus valide son ticket pour les huitièmes

Abel Sounou

C1 : le Bayern Munich s’en sort grâce à un éternel Lewandowski et passe en huitième

Erin Junior

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Ok Lire