Bénin-Existence légale des partis d’opposition: les idées du ministre Sacca Lafia vomies, “la politique de la ruse” dénoncée



La crise sociopolitique béninoise liant notamment les partis d’opposition au gouvernement du Président Patrice Talon, en dépit des médiations suivies de la rencontre enregistrée le lundi 15 juillet 2019 entre les deux partis, semble loin de connaître son épilogue.

Si les récents échanges du pionnier du « nouveau départ » ont eu comme conclusion l’étude avec le ministre Sacca Lafia de la procédure pouvant permettre à chaque parti d’obtenir au plus bref son “certificat de conformité“,  les entrevues déroulées entre l’autorité en charge de la sécurité publique et les différents partis concernés suscitent déjà polémiques et sont remises en cause.


En effet, sur les recommandations du ministre Sacca Lafia invitant les partis en “situation irrégulière” à s’abstenir d’élire dans leur bureau, des citoyens en conflit avec la justice béninoise, les grands partis de l’opposition tels que les FCBE et l’USL qui, si cet arrangement est consommé, devront composer sans leurs leaders, rejettent déjà ce qu’ils appellent « une demande sans sens juridique ». Analysant cette idée du gouvernement béninois, certains acteurs clés des FCBE n’ont pas hésité à manifester leur méfiance quant à cette nouvelle exigence.

« Nous sommes entrain de prêter flanc au parjure… les conditions énumérées par Talon et Cie pour légaliser les partis politiques de l’opposition ne répondent ni à aucune loi, ni à aucune logique. », soutient Léon Basile Ahossi. Tout comme lui, l’ex-argentier national, Komi Koutché, à travers un post sur sa page facebook, n’a pas dissimulé ses récriminations sur les propositions de l’Etat béninois.


L’USL s’en bat les couilles

Dans le rang des partis se faisant de soucis quant à l’appel du ministre Sacca Lafia écartant la possibilité de porter dans leur bureau,  ceux ayant de brouille avec la justice béninoise, l’USL parle aussi d’une même voix que les cauris. Invité sur l’émission « sans langue de bois » de la radio “Soleil FM“, le secrétaire à la communication du parti a exprimé son indignation à propos, considérant que le Président Sébastien Ajavon est visé par cette proposition.

« Le président d’honneur de notre parti n’a pas connu une condamnation définitive. Cette décision n’existe même pas », rétorque-t-il. A l’en croire, si la France a pu accorder au président d’honneur de l’USL le statut de refugié politique en France, il ne fait plus l’ombre d’aucun doute qu’il y a « une parodie de justice » au Bénin.  Ainsi, contrairement au dégel de la crise sociopolitique attendu, le mercure semble monter de plus bel.




Ne manquez pas ceci

One Thought to “Bénin-Existence légale des partis d’opposition: les idées du ministre Sacca Lafia vomies, “la politique de la ruse” dénoncée”

  1. […] Bénin-Existence légale des partis d’opposition: les idées du ministre Sacca Lafia vomies, &quo… […]

Leave a Comment

Entrez Captcha ici : *

Reload Image