Brésil : la réaction du sélectionneur Tite à l’affaire de viol de Neymar 1
A la une Opinion

Brésil : la réaction du sélectionneur Tite à l’affaire de viol de Neymar


Alors que le Brésil est en pleine préparation pour accueillir la Copa América, c’est une affaire de viol qui éclabousse Neymar, ancien capitaine de la sélection. Ne pouvant pas éviter le sujet, le sélectionneur de la Seleção Tite l’a évoqué en conférence de presse.


Le sélectionneur national Tite, présent en conférence de presse ce lundi 3 juin 2019, n’a pu éviter les questions au sujet de l’affaire de viol auquel doit faire face son joueur Neymar Jr. Toutefois, le technicien auriverde ne s’est pas mouillé, car il n’a pris aucun parti, et s’est juste contenté de montrer que « techniquement Neymar était indispensable » à la Seleção.

Mais il a lâché quelques mots quand même sur l’affaire : « Je connais l’importance de l’affaire, je mesure sa dimension réelle. Je sais qu’elle est personnelle et qu’il y a un temps pour que les personnes puissent juger les faits. Je ne me permettrai pas de juger les faits. Ce que je peux affirmer, c’est que durant nos trois années de travail commun, nous avons été sincères et loyaux l’un envers l’autre. Je ne peux pas juger, je ne le ferai pas.

Cela a été comme ça durant toute ma carrière. Je vais laisser les personnes responsables juger, parce que je suis concentré sur mon travail et sur ma sélection, qui représente le pays. Je crois que les faits ne sont pas très clairs. Seul le temps nous aidera à y voir plus clair. Je veux consacrer toute mon énergie au travail », a-t-il expliqué.





Lire aussi

Annoncé avec insistance au Real, Sadio Mané répond à l’intérêt de Zidane

Erin Junior

Mercato : Kylian Mbappé fixe la date de son départ 

Juniel Ayivi

FC Barcelone : Guardiola fait des déclarations fracassantes sur ses débuts avec Messi

Pancrace Lovou

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Ok Lire