Pérez change sa politique de recrutement
A la une Sport

Real Madrid : Florentino Pérez à céder à un énorme coup de pression


Le Real Madrid est une institution dit-on. Une grande institution qui place les intérêts du club au-dessus des intérêts et points de vus individuels sur des sujets à risque, ou des sujets qui sont nés de la mésentente entre dirigeants et joueur, chose dont a été victime même le grand Florentino Pérez.


Après un prêt de deux années au Bayern Munich, James Rodriguez n’a pas été retenu en allemangne. Conclusion, il fait son grand retour dans l’effectif du Real Madrid cet été. Mais son départ était fortement attendu de la part de tous au cours du mercato estival.

En effet, l’international colombien avait perdu la confiance de Zinedine Zidane avant son départ en Bavière, et de nombreux clubs étaient sur ses traces durant le mercato estival pour s’offrir ses services. Entre autres nous pouvons cités le Napoli et l’Atlético qui auraient notamment tenté de s’attacher ses services.

Et comme l’explique El Confidencial ce mercredi, James Rodriguez a toujours souhaité rester à Madrid, et plus spécialement chez les Merengue. Néanmoins, une arrivée à l’Atlético aurait bel et bien été dans ses plans, puisque c’était sa cible s’il venait a quitté le Real Madrid.


Ce qu’aurait catégoriquement refusé Florentino Pérez, qui a vu d’un mauvais œil le renfort d’un concurrent direct en Liga, et qui plus est un grand rival. Ainsi, James Rodriguez aurait clairement demandé à son président : « Je reste à Madrid. Soit tu me transfères à l’Atlético, soit je reste ici ». un pression dont a été victorieux le joueur qui évolue toujours en Liga.




Lire aussi

PSG ou Barça : Ronaldinho donne sa préférence pour Neymar

Jean-Hugues Settin

Mercato – Real Madrid: le départ de Bale fixé à une condition !

Arsène D. Azangon

FC Barcelone : Guardiola plus proche d’un retour que jamais

Abel Sounou

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Ok Lire