Urgent : en Algérie, la jeunesse marche « pour reprendre son destin en main » 1
Afrique Société

Urgent : en Algérie, la jeunesse marche « pour reprendre son destin en main »


A Alger en Algérie, la tension est très vive ce jour. Avec le cortège des policiers qui sont un peu partout dans la ville, on a presque l’impression que le temps s’est arrêté. Ceci grâce au blocage des accès de toute la ville, suivie des tirs de lacrymogènes pour dissuader des manifestants qui sont décidés à en finir avec le régime du président Abdelaziz Bouteflika.


Selon plusieurs journalistes sur place, des milliers de manifestants brandissant des drapeaux algériens se sont d’abord rassemblés près de la place de la Grande-Poste, bâtiment emblématique du centre de la capitale.

Le cortège, composé d’hommes et de femmes de tous âges, a ensuite remonté le long de l’une des principales artères qui débouche sur la place. Le cortège a été bloqué à plusieurs reprises, notamment aux niveaux de rues qui mènent au palais du gouvernement. Les voies d’accès au Parlement étaient par ailleurs bloquées.

Selon la correspondante pour Radio France Internationale (RFI), Leïla Beratto, des projectiles ont été jetés sur des forces de l’ordre, qui ont répliqué avec des tirs de lacrymogènes. Ce qui montre que la tension est très vive et les mouvements de contestation ne cessent de prendre de l’ampleur.


La France en mode silence

Par ailleurs, le silence de la France devient très inquiétant pour certaines personnes. Car depuis le début de la crise, la France reste très prudente, ce qui inquiètes le peuple qui est face à de possibles violences des forces de l’ordre. Car depuis plusieurs jours, les manifestants défilent dans toute l’Algérie contre un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika.

C’est donc ce silence qui amène le journaliste du quotidien Le Monde Marc Semo a déclaré : « On sait que tout ce que l’on dit sera scruté à la loupe et surinterprété », reconnaît un haut diplomate français tout aussi conscient des défis de cette crise que de l’ampleur des contentieux, y compris mémoriels, entre la France et son ex-colonie. Ce mutisme au plus haut niveau n’empêche pas Paris de lancer des signaux explicites sur le fait que la situation algérienne est suivie « de très près ».





Lire aussi

RDC : une première alternance avec un goût amer ?

Liliane Laforge

Etats-Unis : au moins 23 morts à la suite d’une tornade en Alabama

Liliane Laforge

USA : Un prisonnier se suicide à cause de l’annulation de son exécution

Liliane Laforge

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Ok Lire